L'allergie aux morsures d'araignée


Je souhaite aujourd'hui aborder un sujet qui me touche tout particulièrement, et qui pourrait peut-être sauver des vies…


Car si l’allergie aux morsures d’araignée est extrêmement rare, elle existe néanmoins et engage immédiatement le pronostic vital du chat.


Si je connais cette pathologie, c’est parce que Meumeuss, mon petit abyssin, fait partie des rares chats à présenter cette allergie. Je l’ai découvert un soir il y a quelques années.


Alors que je venais de me coucher, j’ai entendu un cri de douleur plaintif dans le salon. J’ai accouru et découvert mon autre chat, Didite, qui partait en courant avec une grosse araignée dans la gueule, tandis que Meumeuss secouait la tête et se frottait le museau. J’en ai déduit qu’il avait dû se faire mordre, mais je n’avais pour autant aucune raison de paniquer, car quel chat ne se fait pas mordre ou piquer un jour ou l’autre par un insecte ?


Mais à peine quelques minutes après, Meumeuss a montré des signes que j’ai vite identifiés comme étant les symptômes d’un choc anaphylactique: miaulements rauques et répétitifs, perte d’équilibre, puis diarrhée, vomissements... Il a fini couché sur le flanc, apathique.


Nous avons donc évidemment couru aux urgences, avec l’inquiétude que vous imaginez ! Après une injection de cortisone (contrairement à nous, humains, ça n’est pas de l’adrénaline qui est administrée dans ce genre de cas chez le chat), il est resté en observation toute la nuit. Le lendemain matin, le vétérinaire a confirmé le diagnostic de choc anaphylactique.


Il m’a expliqué qu’il n’existe malheureusement aucun moyen de désensibiliser le chat à ce type d’allergie, et que, pire encore, chaque morsure sera plus dangereuse que la précédente. La seule option pour espérer sauver la vie du chat: une injection de cortisone à réaliser au maximum dans les 30 minutes suivant la morsure.


Au-delà de ma formation aux premiers secours animaliers, j’ai donc demandé à mon vétérinaire de me montrer comment procéder à cette piqûre, à réaliser en intra-musculaire ou sous-cutané. Cela m’a permis de sauver la vie de Meumeuss qui a subi une nouvelle morsure quelques mois plus tard.


Si le risque zéro n’existe pas, j’ai tout de même mis en place de nombreux aménagements et protocoles pour réduire autant que possible la probabilité de nouvelles morsures:

- J’ai par exemple installé un maximum de moustiquaires aux fenêtres de la maison, et tenté d'obturer au mieux les trous et les dessous des portes donnant sur l'extérieur ou le garage.

- Les araignées sortant principalement quand il fait noir, je laisse les lumières allumées lorsque les araignées sont le plus actives dans l’année (périodes de reproduction notamment).

- J’ai enfin mis en place un rituel de « Disneyland » des gamelles ludiques le soir pour occuper Meumeuss à autre chose qu’à la chasse aux insectes.


Depuis, Meumeuss n'a pas subi de nouvelles morsures… mais nous restons vigilants, et avons toujours à la maison une dose de cortisone au cas où.

Allergie chat araignée

À noter que cette allergie ne concerne pas toutes les araignées: les araignées de petite taille, les faucheux, ne sont a priori pas un danger.


Les deux morsures dont il a été victime étaient l’œuvre de tégénaires, une des plus grosses araignées que l’on peut trouver en France.


J’espère que ces quelques informations pourront peut-être vous aider à identifier les signes d’un choc allergique, et à réagir comme il se doit si jamais cela devait arriver à votre chat.