La mastication chez le chat


Contrairement au chien, qui peut passer des heures à mâchouiller, le chat ne consacre naturellement que très peu de temps à la mastication. Si ses canines acérées sont très efficaces pour la préhension et la contention des proies, et que ses carnassières, très développées, lui permettent de déchirer et de fragmenter la nourriture, y compris les os, les mouvements de la mâchoire inférieure du chat sont limités à une action strictement verticale (comme des ciseaux), ne l’amenant à réaliser qu’un broyage sommaire des aliments.


En outre, si les vertus de la mastication en tant qu’activité libératrice de tensions ou de frustration ont été mises au jour chez le chien, aucune étude scientifique – il faut dire qu’il en manque cruellement chez le chat – n’a à ce jour exploré les éventuels bénéfices d’une activité masticatoire pour notre petit félin domestique.


On pourrait donc se demander, dès lors, à quoi bon proposer de quoi mastiquer à son chat?


Pour un chat qui a la possibilité d’accéder librement à l’extérieur et donc de chasser et de consommer des proies, il est vrai qu’il ne sera pas forcément nécessaire de lui proposer ce genre d’activité. Néanmoins, les chats captifs évoluent bien souvent dans des environnements appauvris, hypostimulants, qui ne leur permettent pas ou peu d’exprimer leurs comportements naturels. C’est ainsi souvent par ennui que certains chats se mettent à mastiquer câbles, cartons et autres objets de nos maisons (à distinguer du PICA, qui implique une ingestion de matières non comestibles).


La mastication peut donc dans ce cadre représenter une piste d’enrichissement non négligeable qui permettra, comme toute activité, d’occuper le chat et de dépenser son énergie. Par ailleurs, même s’il n’y a aucune preuve scientifique à ce sujet, on peut décemment supposer que la fonction dérivative de décharge des tensions et frustrations constatée chez le chien soit aussi présente chez le chat. Enfin, pour les chats portés sur l’oralité (qui ont tendance à mâchouiller régulièrement des objets… ou leurs humains!), la mastication pourra combler un besoin et apporter une réelle contribution dans l’amélioration de leur bien-être.

Il existe plusieurs alternatives pour offrir à votre chat cette activité masticatoire:

  • Si vous ne désirez pas le nourrir au cru ou avec des proies entières, il est possible de lui proposer de simples bâtonnets de viande séchée. Naturels et peu caloriques, ils se trouvent généralement au rayon chien (comme beaucoup de choses que je conseille dans ma pratique). Il est également tout à fait possible d’en réaliser soi-même grâce à un déshydrateur, et ce à moindre coût.

  • Les bâtons de matatabi (bois séché) sont également très appréciés de certains chats, qui y trouveront en outre une stimulation olfactive grâce notamment au composé chimique appelé actinidine, qui produit chez le chat un effet attractif. Ces bâtons seront à proposer occasionnellement, pour maintenir l'intérêt, et à stocker idéalement dans un sachet hermétique pour en conserver l’odeur.

  • Il existe enfin des jouets en silicone qu’il est parfois possible de garnir de pâtée ou d’herbe-aux-chats séchée. Veillez à choisir des produits solides pour que le chat ne puisse pas déchirer et ingérer une partie du jouet, ce qui pourrait bien sûr être dangereux.