top of page

Au fait, c'est quoi... l'allogrooming ?


La contagion émotionnelle humain-chat

L’allogrooming, en français «allotoilettage», est un comportement social répandu chez de nombreuses espèces de mammifères, mais aussi chez les oiseaux et les insectes.


Le terme «allo» renvoie à «autre» et signifie que l’animal toilette un autre individu.

Ce toilettage remplirait de nombreuses fonctions différentes selon les espèces : hygiène, réduction du stress, création et renforcement de liens sociaux, marquage et reconnaissance olfactive, apaisement et résolution de conflits…


Chez les primates en particulier, l’allogrooming est connu pour avoir une signification sociale majeure et permet de créer ou d'entretenir des liens avec certains congénères privilégiés. Cette fonction est également répandue chez de nombreuses autres espèce sociales comme les chevaux et autres équidés, les souris, les cerfs, les vaches, les lions, les chauve-souris ou encore les oiseaux. En fonction de l’espèce, ce toilettage pourra prendre différentes formes: léchage, grattage, massage, épouillage, mordillement, lissage des ailes…


L'allogrooming est important chez les espèces sociales


L'allogrooming chez le chat


Chez le chat, comme chez d’autres félins, l’allogrooming prend souvent la forme de léchage, mais il peut également exister sous la forme d’un léger mordillement.


La première expérience d’allogrooming que connaît le chat commence dès sa naissance, puisque la mère lèche son chaton après la mise bas. Le but est de nettoyer le chaton, mais aussi d’initier un lien, de le marquer avec son odeur, de l’apaiser.


La mère toilette ses chatons

Plus tard, l’allogrooming pourra devenir un mode de communication intraspécifique utilisé par les chats dans un cadre social, même si ça reste finalement plutôt rare entre chats adultes – n’oublions pas que s’il est doté d’une forte plasticité comportementale, le chat reste à l’origine une espèce solitaire. Ces échanges surviennent la plupart du temps entre des individus qui entretiennent une bonne relation, qu’ils soient affiliés ou non.


Allogrooming amical entre chats

 

Le léchage, un signe de conflit ?


Ces moments sont souvent appréciés par les humains: quoi de plus chou que de voir nos chats se faire des petites léchouilles? Toutefois, attention, ce toilettage n’est pas toujours aussi mignon qu’il pourrait paraître, et peut être en lien avec des conflits ou des tensions.


Il n’existe quasiment aucune étude sur la communication tactile chez le chat, mais les données dont nous disposons laissent en effet à penser qu’au-delà d’un échange positif, l’allogrooming pourrait survenir dans un cadre agonistique, dans le but d’éviter ou de régler un conflit.


Voici quelques exemples de situations dans lesquelles le toilettage n’est pas forcément un signe de bonne entente ou effectué dans un cadre positif :


  • Un chat peut lécher un congénère s’il s’approche trop près de lui à son goût, dans le but de le repousser et de le mettre à distance. En cas de non-respect de cette demande «polie , il pourra alors monter dans l’échelle de menace et donner un coup de patte ou initier une morsure.

  • Un chat peut en lécher un autre pour le déloger d’une ressource convoitée. Vous avez sûrement déjà assisté à cette scène: un de vos chats dort tranquillement au soleil sur l’arbre à chat, son congénère arrive et se met à le lécher, souvent plus frénétiquement et intensément que dans un cadre amical. Cela aura bien souvent pour effet de faire fuir le chat qui faisait la sieste, et qui préfèrera céder sa place pour éviter le conflit – mais il se peut aussi qu’il défende ce spot prisé et que cela dégénère!

  • Enfin, il peut arriver qu’un chat en lèche un autre au départ positivement, mais que ce dernier ne soit pas/plus réceptif parce que ça dure trop longtemps, parce qu'il n'apprécie pas la zone léchée, parce que ce n'est juste pas le moment... Il pourra alors le signifier via différents signaux, qui, s’ils ne sont pas écoutés, pourront là aussi mener au conflit – sachant que même deux chats qui s'entendent bien peuvent connaître des tensions ponctuelles.


Chat qui en lèche un autre
"Il commence légèrement à me souler avec ses léchouilles"

Qu’en est-il des léchages sur l’humain ?


Là aussi, les significations varient en fonction des contextes: un chat peut venir nous lécher le visage, la main ou toute autre partie du corps dans le cadre d’échanges affectifs, pour déposer son odeur, ce qui pourra être interprété comme une marque d'attachement.


Le chat peut lécher son humain dans un cadre affectueux

Mais si le chat se met à nous lécher la main alors que nous le caressons, cela peut également être une demande de mise à distance – et si nous ne la comprenons ou ne la respectons pas, notre chat pourra alors passer à l’étape supérieure en nous mordant, par exemple. On l’accuse alors souvent à tort d’être schizophrène: «Il me fait un bisou, puis il me mord, il est fou ce minou!»


Vous saurez donc maintenant que votre chat n’est pas un psychopathe qui ne sait pas ce qu’il veut! 😉 Il suffit d’être observateur et attentif aux signaux émis et à l’attitude générale de votre chat: s’il ronronne, se frotte, vient vers vous, qu’il a les yeux mi-clos, l’interaction est alors très probablement positive ; mais s’il a les pupilles dilatées, qu’il agite la queue, que son corps se tend, que se oreilles se mettent en arrière, il exprime alors plutôt des signes d’inconfort, et il faudra stopper l’interaction.


J’espère que vous penserez à moi lorsque votre chat vous fera une petite léchouille, et que grâce à cet article, vous saurez mieux le comprendre et décrypter son comportement – sur ce, je vous laisse, car ma Didite est justement en train de léchouiller le nez, et je ne vois plus mon écran! 😅

Comments


bottom of page