Au fait, c'est quoi... le concept d'umwelt ?

Appelé «monde propre» en français, l’umwelt désigne l’environnement sensoriel propre à chaque espèce ou individu. Élaboré par Jakob von Uexküll, connu pour être l’un des pionniers de l’éthologie, ce concept est fondamental dans l’étude du vivant en général, et du comportement animal en particulier.


Les sens du chat

Pourquoi? Tout simplement parce qu’il aborde l’étude du comportement d’un point de vue subjectif lié directement à la constitution physiologique et aux facultés sensorielles de chaque organisme – et non plus sous un angle objectif et anthropocentré. L’idée est de contrer un modèle déterministe qui se limiterait à analyser les réactions et adaptations des organismes à un milieu indifférencié, universellement partagé. Si nous évoluons tous en théorie dans le même milieu, nous n’en avons en effet pas la même perception, pas la même expérience. Les organes sensoriels ne sont pas de simples récepteurs, ils jouent un rôle dans la sélection et la signification des stimuli auxquels chacun réagira.

Ainsi l’étude du comportement du chat doit-elle débuter par la connaissance de sa physiologie, pour en dériver l’umwelt qui lui est propre. Savoir que le chat peut voir dans la pénombre, qu'il a un champ de vision de 200°, qu’il peut entendre les infra et ultrasons, qu’il ne perçoit pas certaines couleurs, qu’il a un odorat 50 à 70 fois plus développé que celui des humains, que ses vibrisses sont capables de capter la moindre variation de pression dans l’air autour de lui… sont autant d’éléments essentiels pour pouvoir appréhender sa façon de percevoir le monde, et donc d’y réagir. C’est seulement sur ces bases que nous pouvons analyser le comportement du chat, comprendre la façon dont il interagit avec son environnement, mais aussi participer à combler les besoins propres à son espèce.


Au-delà de l’espèce, l’umwelt concerne aussi chaque individu. L’animal qui présente une forme de handicap, qu’il soit par exemple sourd ou aveugle, percevra de facto son environnement différemment d’un congénère possédant toutes ses facultés sensorielles. Il sera donc important, comme toujours, de considérer l’individu et d’adapter l’environnement en conséquence si l’on veut travailler de façon pertinente à l’amélioration de son bien-être.